Plumes au vent Index du Forum
S’enregistrer
FAQMembresRechercherGroupesProfilSe connecter pour vérifier ses messages privésConnexion
Les Belgrave 3. le potager des "hommes."

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Plumes au vent Index du Forum -> Episodes -> Les Belgrave. Par Eifeilo
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
eifeilo


Hors ligne

Inscrit le: 27 Mar 2009
Messages: 430
Localisation: lacanau
Masculin Cancer (21juin-23juil) 猴 Singe

MessagePosté le: Dim 10 Mai 2009 - 23:24    Sujet du message: Les Belgrave 3. le potager des "hommes." Répondre en citant

“Chérie, tu te souviens d’il y a seulement quinze ans...les tomates avaient encore un goût. Aujourd’hui, on a l’impression de manger de la flotte colorée.”
Christine leva la tête de son assiette et trouva un air fort inspiré à son mari, détail qui n’annonçait rien de bon en général. Elle répondit donc par un petit “hum hum” puis replongea le nez dans sa salade de tomate, il était vrai, insipide.
“Et les carottes, c’est pareil. Je ne sais pas comment ils se débrouillent aujourd’hui! Ca doit être un complot. L’état doit se dire qu’en supprimant tous les reliefs de la vie, de manière discrète et insidieuse, une certaine mollesse en découlera. Ils pourront alors nous faire avaler leurs couleuvres à chacun de nos bâillements.”
Christine fit semblant de penser à autre chose. Néanmoins, elle s’inquiétait de plus en plus. Cette fois ci, ce fut le mot “insidieux” qui la surprit. Il était étranger au vocabulaire usuel du père Belgrave.
“C’est comme les haricots verts...avant je me régalais et aujourd’hui j’ai l’impression d’avaler une bobine de fil. Imagine les napperons qui se construisent dans nos estomacs déçus..”
Christine laissa retomber sa fourchette.
“Tu peux me dire où tu veux en venir ou est-ce que je dois attendre le veau aux hormones, le poulet de batterie ou la vache folle ?”
Le père Belgrave se gratta l’arrière du crâne où était vraisemblablement située son idée puis articula gauchement:
“Ben, je me disais que ça serait bien si...”
“Ca commence mal !”
“Enfin, chérie, toute cette place, là derrière la caravane. Ca fait plutôt mauvais genre non ? Un terrain en friche. Toi qui ne veut pas être confondue avec des romanichels. On pourrait exploiter le terrain...”
“Un potager ?”
“C’est ça, n’est-ce pas une idée merveilleuse? retrouver le goût des choses pour presque rien “
“C’est une idée géniale” répondit Christine “ pour un travailleur ayant du temps devant lui et la main verte mais il se trouve que tu n’as rien de tout cela!”
“Qu’entends-tu par là ?”
“Je vais te le dire: tu n’es ni travailleur, tu n’as jamais planté ne serait-ce que le poil de ta main et ton temps, largement entrecoupé de siestes est censé être consacré aux hameçons.”
Piqué au vif, le père Belgrave se coiffa d’une casquette de marin puis quitta la table sans mot dire. Il était prêt à engager une lutte contre le monde entier pour voir surgir de belles tomates gorgées de soleil et de parfum. L’idée seule d’en croquer une activait ses glandes salivaires. Il partit donc en ville sur son Solex, en quête de graines comme d’autres le saint grâal!

Christine avait levé les bras au ciel, désabusée. Elle saisissait déjà le comique de la scène mais pensait avant tout aux pertes financières qu’une poignée de haricots vert ne combleraient jamais. Mais après tout, peut-être valait-il mieux le laisser s’empêtrer plutôt que d’engendrer une frustration qu’il ne manquerait pas de lui jeter à la figure à la moindre occasion. Peut-être valait-il mieux céder à ce caprice, quitte à l’exploiter par la suite et insister sur l’enthousiasme ridicule qui l’avait accompagné. Christine en voulait toujours un peu au père Belgrave d’être sans cesse animé de passions éphémères. Il ne s’ennuyait jamais. Il le prétendait et elle n’avait pas eu l’occasion de le contredire jusqu’à présent. Elle, par contre aurait aimé travailler à plein temps car une certaine tristesse venait la saisir dès qu’elle avait deux heures devant elle. Souvent, après un week-end sans relief, elle provoquait une scène de ménage, juste histoire de desserrer l’emprise du temps.
Lorsque Luc rentra de l’école, il trouva son père à quatre pattes, le visage rouge, en train d’arracher le chiendent. Sur une chaise, à proximité, se trouvaient revues et livres achetés le jour même. Et comme l’avait prévu Christine le spectacle offert prêtait plutôt à sourire. Luc tapa sur l’épaule de son père affairé
“Tu te lances dans le jardinage ?”
“Ce n’est que le début mais quand tu verras des tomates fabuleuses, des haricots sans fils, des pommes de terres qui fondront sous la langue, t’auras une petite idée du paradis originel”
Lorinda venait d’arriver. Elle jeta un regard dédaigneux puis s’éloigna des deux hommes. Christine était assise sous le auvent de la caravane. Il s’établit un dialogue de sourd entre sa fille et elle. Chacune savait à quoi s’en tenir. Un haussement de sourcil entraînait un regard blasé,lourd de lassitude puis la levée des bras au ciel.

“Ouais, si j’comprends bien. Il n’y a plus qu’à attendre la prochaine lubie en espérant qu’elle sera moins ridicule que les précédentes “
“Eh oui, tu sais bien ce que valent le hommes de nos jours. Ils ont l’impression qu’en restant des gamins ils nous attendriront indéfiniment. Mais crois-moi, j’en ai ma claque de tout faire dans ce tas de tôle pendant que ton père part à la chasse aux escargots, collectionne des cailloux ou étudie les fourmis.”
A l’évocation de l’élevage de fourmis, Lorinda ne put réprimer un rire clair car la dispute avait été de taille lorsque cette population envahissante grouillait dans la caravane. Tandis que Chritine piétinait rageusement les bestioles, le père Belgrave tentait de les éloigner du carnage en les appelant par leurs noms puisqu’il s’était vanté d’en reconnaître certaines parmi le lot. Par la suite, il y avait eu un échange d’insultes, de casseroles et de mottes de terre habitées puis une guerre froide d’une semaine qui combla d’aise les deux enfants: Chacun des protagonistes leur offrait des cadeaux afin d’isoler l’autre, de le confiner au rôle du paria. Cette rivalité aurait pu durer des mois si Luc n’avait pas choisi ce moment pour se casser une jambe en sautant du lit superposé. L’inquiétude balaya la rancoeur et la source aux cadeaux cessa de jaillir.

Christine fut, à son tour prise d’un rire au souvenir de la fourmilière domestique.
“Non mais tu les a vus , accroupis, on dirait qu’ils cherchent les wc, ou qu’ils déposent l’engrais avant même d’avoir désherbé.” Et Lorinda de surenchérir:
“Au départ, je pensais qu’il s’agissait d’un élevage de crapauds. On peut dire qu’on est pas passé loin de la catastrophe !”
C’est donc dans cette franche hilarité que Luc les trouva lorsqu’il passa devant elles, chargé d’une mission de ravitaillement en eau. Il se planta là, les mains sur les hanches, légèrement vexé de n’être point de la confidence puis il sentit la colère monter lorsque Lorinda glissa un mot dans l’oreille de Christine. Cette dernière, pliée en deux, parvint à articuler avec peine “arrête j’ai mal au ventre” Luc fonça dans la caravane, claqua la porte du frigo et ressortit digne, tel le seigneur au dessus de l’insolence des gueux. Il informa son père de l’affront essuyé et celui-ci lui posa les mains sur les épaules en le regardant droit dans les yeux.
“Tu vois, mon fils, les bonnes femmes ne sont pas des êtres humains ordinaires. Dieu les a conçues pour nous mettre à l’épreuve. Elles exploitent nos faiblesses et se moquent de notre force. C’est ainsi. De temps en temps, il faut se lancer dans la bagarre mais le mieux consiste à laisser le vent tourner car elles changent d’avis assez rapidement. Tu veux un exemple ? tiens, la semaine dernière, ta mère est partie s’acheter une nouvelle robe. Elle avait une idée arrêtée sur le modèle, la couleur, etc. Eh bien elle est revenue, radieuse, avec une nouvelle paire de chaussures. Alors si un jour une femme te reproche de ne pas la comprendre, fais lui croire le contraire mais n’essaie surtout pas ! Tu serais perdu.”
Luc opina gravement du chef puis but à la bouteille que lui tendit son père.
“On leur mangera tout sous le nez, ça leur apprendra à se moquer de nous.”
“Bon, on s’y remet, fils ?”
Un mois plus tard, les moqueries avaient cessé. Le jardin prenait forme et les hommes jubilaient. La force de caractère et l’huile de coude triomphaient des railleries féminines. Christine accusait le coup. Luc travaillait dur pour un petit salaire établi par son père. Lorinda était bien trop occupée par ses prétendants. Elle laissait courir leurs mains sous son pull et écoutait leur respiration hachée.
Puis les choses tournèrent mal: Un méchant coup de froid décima les plantations, quelques pucerons s’incrustèrent si bien qu’ils ne resta plus grand chose au moment de la récolte. Luc tenait les comptes: Trente huit tomates, neuf kilos de haricots verts, dix de pommes de terre et cinq salades. Le père Belgrave en espérait le triple mais il trouva que pour une première année, ce n’était déjà pas si mal. Luc fut déçu que tous profitassent de leur labeur mais les femmes avaient du s’excuser et vanter le mérite de la gent masculine avant de prétendre à cela. . Il tenait sa victoire et en savourait le goût. Le père Belgrave rayonnait. Un millier d’hameçons attendaient dans des sacs en plastique mais il n’en avait cure. Les belle tomates gorgées de soleil le rajeunissaient. Il lança un regard malicieux à sa femme qui comprit immédiatement où il voulait en venir et Christine proposa aux enfants de les laisser au cinéma.
Le lendemain, il mangèrent des pommes de terres accompagnées de tranches de jambon.
“C’est dommage de gâcher de si bonnes patates avec cette chose rose dégueulasse” soupira le père Belgrave. Christine le fusilla du regard.
“Je te préviens que si tu veux amener des cochons par ici, je quitte les lieux illico !”
Belgrave se mit à rire.
“Mais non, chérie, mais c’est bien dommage que le jambon ne pousse pas sur les arbres, pas vrai fiston ?”
“Sûr, papa. T’imagines les parasites que ça attirerait !”
Plus tard, le père Belgrave s’affairait sur ses hameçons et songeait que la grande réussite du potager était d’avoir regagné l’estime de sa femme. Il enfilait hameçon par hameçon en rêvassant, caressé par le souvenir de la soirée. Les enfants avaient attendu un certain temps après la fin du film mais le Père Belgrave ne se sentait en rien coupable car ils avaient dépensé le reste de l’argent en glaces. Ainsi, tout le monde avait eu son petit plaisir. Puis sa pensée dériva sur des arbres imaginaires: Jambonniers, saucissonniers, escalopiers, gigotiers grimpants dans la tête de ce rêveur sentimental et gourmand.

_________________
L'Océan ne lui en impose pas. Il le fixe sans ciller, mains sur les hanches, dans une attitude de défi, et s'adresse à lui plutôt sèchement :
_ Passe-moi le sel, vieil Océan.
(Éric Chevillard - La nébuleuse du crabe.)
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Publicité






MessagePosté le: Dim 10 Mai 2009 - 23:24    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Nolimé
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 08 Aoû 2008
Messages: 2 355
Localisation: Toulouse
Féminin Bélier (21mar-19avr) 狗 Chien

MessagePosté le: Jeu 21 Mai 2009 - 19:01    Sujet du message: Les Belgrave 3. le potager des "hommes." Répondre en citant

Savoureux portraits de jardiniers malhabiles Okay
_________________
"Celui qui a plusieurs cordes à son arc mais qui n'a qu'une flèche ne pèse pas lourd face à celui qui n'a qu'une corde mais plusieurs flèches..." Le Chat - GELUCK
Revenir en haut
stellamaris
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 07 Aoû 2008
Messages: 11 180
Localisation: Brest
Masculin

MessagePosté le: Jeu 21 Mai 2009 - 19:55    Sujet du message: Les Belgrave 3. le potager des "hommes." Répondre en citant

J'étais persuadé de l'avoir commenté dès que je l'ai lu, j'ai du buguer ... Je ressens dans ce texte une grande tendresse pour ces "loosers", qui prennent enfin leur revanche ! Toute mon amitié.
_________________
Si j'apprends à écrire, c'est grâce à vous. Merci !
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
eifeilo


Hors ligne

Inscrit le: 27 Mar 2009
Messages: 430
Localisation: lacanau
Masculin Cancer (21juin-23juil) 猴 Singe

MessagePosté le: Sam 23 Mai 2009 - 00:12    Sujet du message: Les Belgrave 3. le potager des "hommes." Répondre en citant

oui moi aussi j'éprouve de la tendresse pour cette famille. à l'époque où j'écrivais ces portraits, j'étais fan d'Erskine Caldwell et de sa manière d'évoquer les marginaux. Je crois que j'ai commencé cette série après avoir lu "les braves gens du Tennessee"

(et pour le jardinier malhabile, on verra ce que donne mes tentatives cet été. J'espère au moins une semi-réussite pour ne pas trop décevoir ma fille qui imagine déjà plein de tomates...)
_________________
L'Océan ne lui en impose pas. Il le fixe sans ciller, mains sur les hanches, dans une attitude de défi, et s'adresse à lui plutôt sèchement :
_ Passe-moi le sel, vieil Océan.
(Éric Chevillard - La nébuleuse du crabe.)
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Mona


Hors ligne

Inscrit le: 14 Nov 2009
Messages: 6 183
Localisation: France Ouest
Féminin Lion (24juil-23aoû) 兔 Lapin

MessagePosté le: Jeu 11 Fév 2010 - 21:58    Sujet du message: Les Belgrave 3. le potager des "hommes." Répondre en citant

Ah, c'est du vécu! C'est vrai que les tomates du commerce ont un goût d'eau!
Revenir en haut
Di


Hors ligne

Inscrit le: 21 Aoû 2008
Messages: 2 878
Localisation: Québec
Féminin Balance (23sep-22oct)

MessagePosté le: Ven 12 Fév 2010 - 17:00    Sujet du message: Les Belgrave 3. le potager des "hommes." Répondre en citant

Rien de meilleur qu'une bonne tomate fraîche, ferme et juteuse au goût de tomates. Dommage que tu ne sois plus là Eifeilo, j'aimais beaucoup ton écriture.
Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 10:07    Sujet du message: Les Belgrave 3. le potager des "hommes."

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Plumes au vent Index du Forum -> Episodes -> Les Belgrave. Par Eifeilo Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Page 1 sur 1

Sauter vers:  


Index | créer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com
Ile-fantasy phpBB2 theme by Vincemuss.